Press "Enter" to skip to content

Le “tabernacle”, de Moïse à Salomon

4.6/5 (5)

Le tabernacle du Temple de Salomon : qu’est-ce que c’est ? Qu’abrite-t-il ? Quelle signification et quel symbolisme ?

Ils me feront un sanctuaire et j’habiterai au milieu d’eux. Vous ferez le tabernacle et tous ses ustensiles d’après le modèle que je vais te montrer. Exode 25, 8-9

Dans la tradition judaïque, les tabernacles sont les tentes sous lesquelles les Hébreux vivaient au moment de la traversée du désert (Livre de l’Exode).

L’une de ces tentes abritait l’Arche d’alliance : il s’agissait là d’un sanctuaire portatif, utilisé jusqu’à la construction du Temple de Jérusalem (Xème siècle avant J-C).

Par extension, le tabernacle pouvait désigner l’Arche d’alliance contenant les Tables de la Loi. Plus tard, ce mot désignera le lieu le plus saint du Temple de Jérusalem : le Saint des saints.

Le mot “tabernacle” vient du latin tabernaculum signifiant “tente”, “hutte”. Le sens premier est donc celui d’abri ou d’habitation.

Tentons de décrire le tabernacle sous ses différentes formes.

Remarque : dans le judaïsme, Sukkot (ou Souccot) est la fête des tentes ou des tabernacles qui commémore les conditions de la sortie d’Egypte des Juifs.

Le tabernacle des Hébreux au moment de la traversée du désert.

Dans l’Ancien Testament, le tabernacle désigne l’habitation provisoire de Dieu. Consécutivement à la sortie d’Egypte (Livre de l’Exode), Moïse reçoit l’ordre de Dieu d’édifier un sanctuaire qui permettra à Dieu d’habiter au milieu de son peuple.

Les chapitres 25 et 26 du Livre de l’Exode présentent les caractéristiques de ce tabernacle :

  • le lieu est recouvert de 10 tapis précieux (Exode 26, 1-6),
  • la tente elle-même est faite de 11 tapis faits en poil de chèvre (Exode 26, 7-14),
  • le tabernacle est entouré de planches de bois d’acacia, plantées debout et recouvertes d’or (Exode 26, 15-30),
  • le fond du tabernacle se trouve côté ouest (Exode 26, 22), ce qui signifie que l’entrée se trouve à l’Est,
  • un voile bleu sépare les deux parties du tabernacle : le Saint et le Saint des saints, ce dernier abritant l’arche d’alliance (Exode 26, 31-33),
  • le parvis du tabernacle (la cour) est décrit dans Exode 27.

Les proportions intérieures du tabernacle sont sensiblement les mêmes que celles du futur Temple de Salomon : le Saint des saints est cubique, alors que le Saint est deux fois plus long que le Saint des saints.

La construction du tabernacle est effectuée par Betsaleel et “tous les hommes habiles” ; elle est décrite dans Exode 36 et suivants. Les plans de Dieu sont rigoureusement exécutés.

Moïse examina tout le travail ; et voici, ils l’avaient fait comme l’Eternel l’avait ordonné, ils l’avaient fait ainsi. Et Moïse les bénit. Exode 39, 43

Une fois l’édifice achevé, la nuée divine vient couvrir la tente, signe que Dieu est satisfait et peut désormais habiter le lieu sacré (Exode 40, 34-38) :

Le tabernacle dans l’Ancien Testament : interprétation.

Le tabernacle est donc la tente (dite “tente d’assignation” ou “tente de rencontre”) qui abritait l’Arche d’alliance au moment de la traversée du désert, consécutivement à la sortie d’Egypte.

Le symbolisme du tabernacle semble évident :

  • au sens profane, le tabernacle est une simple tente : une habitation pour les hommes,
  • au sens sacré, le tabernacle est aussi une habitation : celle de Dieu sur Terre.

Ainsi, le tabernacle est à la fois la maison de l’Homme et la maison de Dieu. C’est donc le lieu destiné à la rencontre de l’Homme et de son Créateur : c’est là que se noue l’alliance.

Cette alliance nécessite un double mouvement : d’une part, l’homme doit s’élever spirituellement pour rencontrer Dieu ; d’autre part, Dieu s’abaisse pour venir habiter au milieu de ceux qui l’ont reconnu. Ce double mouvement, vers le haut et vers le bas, rappelle les deux triangles entrecroisés qui forment le Sceau de Salomon ; il évoque autant une spiritualisation de la matière qu’une matérialisation de l’Esprit.

Le tabernacle est un point de rencontre décisif, un point d’équilibre et d’harmonie. C’est aussi le centre de la communauté humaine et le centre du monde.

La tente en tant qu’espace intérieur peut aussi symboliser la vacuité.

Notons le caractère mobile et portatif du tabernacle, ce qui tend à prouver que son caractère sacré n’est pas attaché à un lieu précis, mais à la volonté humaine de rejoindre Dieu. Partout, les hommes peuvent dresser la tente sacrée pour se connecter à l’Eternel, pour peu qu’ils soient prêts à ouvrir leur coeur et à se soumettre à leur Créateur.

Le tabernacle dans le Temple de Salomon.

Selon le Premier Livre des Rois de l’Ancien Testament, le Temple de Salomon est l’édifice religieux que le roi Salomon (fils de David, Xème siècle avant J-C) fait ériger à Jérusalem. Lire notre article complet sur le Temple de Salomon (plan et orientation).

Les chapitres 6 et 7 du Premier Livre des Rois offrent une description précise du Temple.

Dans le Temple de Salomon, le tabernacle correspond au Saint des saints, espace cubique qui contient l’Arche d’alliance ainsi que deux chérubins d’or. Le Saint des saints est entièrement recouvert d’or, métal qui symbolise la pureté.

Parfois, le mot tabernacle désigne le Temple dans son ensemble, ou bien l’Arche d’alliance en particulier.

Notons que le couvercle de l’Arche (le propitiatoire) constitue le trône de Dieu : c’est le point précis où s’établit sa présence terrestre ; c’est le point de l’alliance :

Tu mettras le propitiatoire sur l’arche, et tu mettras dans l’arche le témoignage, que je te donnerai. C’est là que je me rencontrerai avec toi ; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l’arche du témoignage, je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d’Israël.
Exode 25, 21-22

De façon générale, le symbolisme du tabernacle au sein du Temple de Salomon est le même que celui de la Tente d’assignation dans le désert, mais cette fois la maison de Dieu perd son caractère mobile, ce qui la rend plus vulnérable aux attaques et aux destructions. Rappelons que le Temple sera détruit en 586 avant J-C par Nabuchodonosor II, avant d’être reconstruit.

Le tabernacle dans le Nouveau Testament.

Dans le Nouveau Testament, le tabernacle prend forme humaine à travers le corps de Jésus :

Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs dirent : Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! Mais il parlait du temple de son corps.
Jean 2, 19-21

En effet, le corps du Christ dans ses trois composantes rappelle les caractéristiques du Temple de Salomon :

  • son corps correspond à la cour ou au parvis du Temple,
  • son âme correspond au Saint,
  • son Esprit correspond au Saint des saints, directement connecté à Dieu.

Le tabernacle en franc-maçonnerie au REAA.

Au REAA (Rite Ecossais Ancien et Accepté), le rituel du 12ème degré indique que le Grand Maître Architecte doit achever la construction du Temple, notamment le “3ème étage” et la décoration du Saint des Saints. Ceci doit être fait selon les plans donnés par le Grand Architecte de l’Univers, ce qui rappelle directement le récit du Livre de l’Exode.

Le rituel précise aussi qu’il appartient au Grand Maître Architecte, et à lui seul, de bâtir des tabernacles. Ici, le tabernacle désigne le Saint des saints, c’est-à-dire le “3ème étage” de l’édifice, les deux premiers étant le parvis et le Saint.

Le rituel d’initiation au 12ème degré compare le Temple à l’Univers tout entier (le macrocosme) et à l’Homme lui-même (le microcosme) : nous avons là une correspondance parfaite.

Sur le plan microcosmique, les trois étages du temple sont à mettre en parallèle avec les trois dimensions de l’Homme : corps, âme et esprit. Le rituel dit aussi que l’esprit humain correspond au centre du cercle. A l’évidence, l’Esprit constitue le tabernacle.

Le Grand Maître Architecte représente le zèle, la vertu et la perfection. Il maîtrise la géométrie et l’architecture. Passé par les degrés de vengeance, il a appris à se connaître et dominer ses ennemis intérieurs. Il est donc prêt à ouvrir l’espace intime qui lui permettra de se connecter à Dieu : cet espace, c’est le tabernacle.

Espace de conscience aboutie, le tabernacle est donc notre réceptacle intérieur : c’est le point où la loi divine peut être perçue, comprise et acceptée. C’est un point de lâcher-prise, d’effacement de soi et de totale acceptation de l’ordre des choses.

Au final, la construction du tabernacle par le Grand Maître Architecte est celle de son Temple intérieur, ce lieu où peut s’établir la communication avec l’Eternel, l’Absolu, l’Infini. A cet endroit précis, l’unité se trouve réconciliée avec la dualité, et les mots s’effacent pour laisser place au silence de la Vérité.

Modif. le 30 avril 2021

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :