Press "Enter" to skip to content

Impressions d’initiation au grade de compagnon

5/5 (2)

Voici un exemple d’impressions d’initiation au grade de compagnon (REAA). Ce compte-rendu traduit le ressenti qu’un nouveau compagnon franc-maçon peut éprouver suite à la cérémonie d’élévation.

Vénérable maître et vous tous mes frères en vos grades et qualités.

La Franc-maçonnerie a plusieurs dimensions, c’est ce dont je me suis rendu compte lors de cette initiation au second degré. Ce fut pour moi une découverte assez inattendue. Mes certitudes sur ce que j’avais pu apprendre au premier degré ont été non pas annihilées, mais dépassées.

Je vais donc vous livrer mon ressenti et mes impressions d’initiation suite à mon élévation au grade de compagnon.

Mes impressions d’initiation au grade de compagnon.

Je suis arrivé à cette initiation avec le chiffre 3 en tête, et je suis reparti avec le chiffre 5.

J’avais en tête le delta lumineux, et je suis reparti avec une étoile à cinq branches.

J’avais à l’esprit la lettre G ayant comme seule signification “Le Grand Architecte de l’Univers”, et je suis ressorti avec une quintuple signification pour cette lettre.

Je pourrais multiplier les exemples…

La franc-maçonnerie vient de m’apprendre que la découverte n’est jamais terminée, elle me montre que le chemin de la vérité n’est jamais linéaire, que les plans du Grand Architecte se lisent à différents niveaux. La progression se fait aussi bien verticalement qu’horizontalement.

Chose qui m’a surprise aussi, le rituel d’élévation au second degré nous appelle à la modestie. Nous avons été replacés dans une tenue inélégante, que je pensais appartenir au passé depuis mon initiation au grade d’apprenti. Sans doute pour nous rappeler la faiblesse de nos connaissances à la sortie du grade d’apprenti. Certainement aussi pour nous faire réaliser qu’un franc-maçon ne doit jamais oublier sa position d’éternel apprenti.

Le rituel d’initiation nous invite à clôturer la période de découverte pour entrer dans un temps de travail : les outils, les thèmes et les savoirs nous ont été présentés avec force et insistance.

Tout reste à faire, le véritable travail commence, au grand jour, sous la lumière directe du soleil.

Le second degré, celui de compagnon, m’apparaît ainsi comme central dans la vie du franc-maçon, un temps de vie où l’on se forge, où l’on est exposé, un temps difficile et risqué. Après avoir découvert les outils, il faut savoir les manier.

Période d’exigence aussi : nos erreurs nous apparaîtront au grand jour. Nous sommes en première ligne pour bâtir l’édifice. Le chemin sera long, mais la promesse est déjà là : notre travail sera couronné de gloire.

Durant cette élévation, je vous ai aussi rencontrés une seconde fois, vous mes Frères. Je vous ai vu comme je vous vois d’habitude en tenue, mais sous un autre jour, une autre lumière. Vos gestes étaient différents, votre langage aussi. J’ai eu accès à une autre part de vous. A présent je vous connais mieux, et je me sens encore un peu plus proche de vous.

Le sens du mot compagnon m’est apparu plus clair : le compagnon est étymologiquement celui qui partage son pain, c’est-à-dire sa condition et ses questions, avec les autres.

De la même manière qu’on peut dire que tout franc-maçon est un éternel apprenti, on pourrait aussi dire que tout franc-maçon est un compagnon, en tant que “celui qui cherche”, dans le sens d’un travail et d’un perfectionnement permanents.

La vie du compagnon est une vie de labeur, de progrès, d’évolution. Tous les sens de l’ouvrier sont en éveil. Il est acteur de son destin. Il est placé sur une route et il est acteur de ses voyages.

A présent je me sens prêt à faire mes premiers pas en tant que compagnon.

Voir aussi notre article : Liste de planches maçonniques au grade de compagnon.

Pour aller plus loin :

Modif. le 13 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :