Press "Enter" to skip to content

La différence entre vérité et réalité

5/5 (2)

Quelle est la différence entre vérité et réalité ? Définitions philosophiques. Pourquoi la vérité n’est-elle pas forcément la réalité ?

La connaissance de la vérité et de la réalité sont des problématiques centrales en philosophie. Or, vérité et réalité sont des notions qui se recoupent mais ne se confondent pas :

  • la vérité touche à la logique et à la raison,
  • la réalité touche aux choses, c’est-à-dire à la matière.

Voyons la différence entre vérité et réalité.

Voir aussi nos articles sur la réalité et la vérité.

La différence entre vérité et réalité : définitions philosophiques.

La vérité désigne un discours valide, juste, conforme. Mais conforme à quoi ?

La vérité peut être définie comme ce qui est conforme à la réalité, perçue ou objective.

Mais elle peut aussi désigner ce qui est conforme :

  • à la logique,
  • à l’intuition,
  • à la conscience,
  • à la morale,
  • à l’opinion commune,
  • à des croyances ou des convictions propres (dans une vision relativiste, la vérité peut en effet être personnelle),
  • ou à plusieurs de ces éléments à la fois.

De fait, la vérité ultime est difficile à définir et encore plus à atteindre.

Au final, on distinguera plusieurs types de vérités :

  • la vérité logique : construite sur un raisonnement abstrait, irréfutable mais risquant d’être “hors-sol”,
  • la vérité scientifique : elle s’appuie sur des preuves expérimentales ; mais l’histoire a montré qu’il n’y avait pas de vérité scientifique définitive,
  • la vérité révélée : c’est le dogme religieux, la foi, ou encore la révélation intérieure intuitive.

L’homme-sujet étant dans l’incapacité de saisir la réalité telle qu’elle est, la vérité se cantonne souvent à la logique. On en arrive à une distinction de plus en plus marquée entre vérité et réalité :

  • la vérité concerne le rapport à la logique : un discours est jugé vrai ou faux,
  • la réalité concerne le rapport aux choses : les choses sont réelles ou non, existent ou n’existent pas.

Le risque est qu’un fossé de plus en plus grand se creuse entre vérité et réalité : par exemple, un discours peut être vrai sur le plan logique, tout en étant totalement déconnecté de la réalité. Le raisonnement peut donc se perdre et s’éloigner du terrain.

Mais nous n’avons pas encore défini ce qu’est la réalité.

Qu’est-ce que la réalité ?

Il faut en réalité distinguer la réalité du réel :

  • le réel est ce qui existe en soi, indépendamment du sujet, c’est-à-dire indépendamment de ses perceptions et de ses pensées,
  • la réalité est ce qu’un individu perçoit et comprend du réel. On distingue :
    • la réalité empirique : c’est ce qui existe pour nous à travers nos sens, notre expérience, bref nos rapports avec la matière,
    • la réalité intelligible : c’est ce que nous comprenons du monde par notre pensée, notre raisonnement, nos concepts abstraits.

Pour Platon, il convient de préférer le monde des idées au monde des perceptions, c’est-à-dire la raison à l’expérience. Cependant, Platon, dans une vision à la fois réaliste et idéaliste, ne nie pas l’existence du réel, contrairement par exemple aux philosophes du courant immatérialiste.

Réconcilier vérité et réalité.

En s’intéressant à la recherche de la vérité, les philosophes ont parfois eu trop tendance à oublier la réalité.

Or, plutôt que de cultiver une vérité hors-sol, il s’agit de réconcilier la vérité avec la réalité, en évitant deux écueils :

  • le relativisme, qui consiste à dire que chacun perçoit sa réalité et peut créer sa propre vérité,
  • le dualisme, qui consiste à séparer vérité et réalité.

Par ailleurs, la réalité ne doit pas être qu’un critère de vérité parmi d’autres.

Au final, le philosophe devrait adopter une définition équilibrée de la vérité, selon laquelle le discours vrai doit être probant à la fois sur le plan rationnel et sur le plan empirique.

La voie de la sagesse.

Pour conclure, arrêtons les définitions suivantes :

  • le réel est le monde tel qu’il est, indépendamment de l’observateur,
  • la réalité est le monde tel qu’il apparaît aux yeux de l’observateur,
  • le vrai est l’ordre du cosmos, indépendamment de l’observateur,
  • la vérité est ce que l’observateur saisit de l’ordre du cosmos.

Le sage comprendra qu’il ne peut y avoir d’écart entre le réel et le vrai : l’ordre du cosmos exprime une perfection à la fois spirituelle et matérielle, les deux aspects étant indissociables.

A l’inverse, sur le plan individuel, il peut y avoir un écart entre réel, réalité, vrai et vérité.

Pour limiter ces écarts, le sage devra plonger en lui-même afin d’identifier les causes de ses illusions. L’introspection l’amènera à visiter son psychisme pour extraire ce qui fait obstacle à l’expression de la part universelle de son être.

Dépouillé de ses préjugés, de son ego et de ses conditionnements, le sage se réconciliera avec toute chose. Il découvrira le réel en lui comme une évidence : il fait partie du monde.

Voir aussi nos articles sur la réalité et la vérité.

Modif. le 10 juillet 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :