Press "Enter" to skip to content

La beauté dans l’art : une oeuvre d’art est-elle nécessairement belle ?

4.6/5 (5)

Quel est le rapport entre l’art et la beauté ? L’art ne vise-t-il que le beau ? Une oeuvre d’art doit-elle forcément plaire ? Voici une approche philosophique de la beauté dans l’art.

L’art a longtemps consisté en la seule recherche de la beauté.

Dans la Grèce antique, Apollon, dieu des arts, de la poésie, de la musique et de la beauté, conduisait les neuf muses présidant aux arts libéraux :

  • Calliope (poésie épique),
  • Clio (histoire),
  • Erato (poésie lyrique et érotique),
  • Euterpe (musique),
  • Melpomène (tragédie et chant),
  • Polymnie (rhétorique),
  • Terpsichore (danse),
  • Thalie (comédie),
  • Uranie (astronomie).

La vision antique consiste donc à associer l’art à la recherche de l’harmonie et de la perfection. La beauté relève alors de critères universels : l’équilibre, la symétrie, les proportions, l’harmonie des formes, l’harmonie des sons, la maîtrise des savoirs ou encore la pureté.

La Renaissance voit le développement des beaux-arts (dessin, peinture, sculpture, architecture, mais aussi musique, poésie, théâtre et danse), dont la finalité est encore la beauté au sens classique.

Les beaux-arts ont pour principal objet l’expression sensible de l’harmonie plastique. Le but est de produire un plaisir esthétique tout en répondant à un idéal de beauté (idéalisme), défini comme une forme de vérité.

Cependant, l’art n’a pas toujours recherché le beau.

Voici une approche de la beauté dans l’art.

Lire aussi notre article : La beauté : définition philosophique.

La finalité de l’art.

En peinture, la laideur s’exprime dès le XVIème siècle avec Jérôme Bosch (Le portement de la Croix : voir l’image en tête de cet article), Quentin Metsys (Vieille femme grotesque) ou encore Bartolomeo Passarotti (Le vieux Couple et Joyeuse compagnie).

Le Bacchus de Rubens (1630) est particulièrement laid. L’esthétisme reste toutefois recherché, même dans la laideur, la vulgarité ou l’obscénité.

Mais ce sont les artistes du XIXème siècle qui ont définitivement dissocié l’art de la beauté classique, notamment en peinture :

  • les réalistes ont d’abord tenté une représentation brute et réelle de la société, en opposition avec le romantisme et le néo-classicisme,
  • les naturalistes ont eu à coeur de représenter des scènes de la vie quotidienne, sans filtre,
  • les impressionnistes se sont écartés des canons classiques pour peindre les impressions ressenties, c’est-à-dire les choses telles qu’elles nous apparaissent à l’esprit, non idéalisées,
  • plus tard, les fauvistes, expressionnistes, cubistes, symbolistes, dadaïstes et surréalistes créeront de nouvelles manières d’exprimer leurs idées, s’écartant souvent du “diktat” de la beauté.

le cri munch silence

Le cri, Edvard Munch, 1893 (expressionnisme)

Le but est désormais de représenter le monde tel qu’il est, tel qu’on le perçoit, tel qu’on l’interprète ou tel qu’on le juge. La peinture devient le miroir du monde et de la pensée de l’artiste. L’art ne doit plus être nécessairement beau, mais authentique.

Aujourd’hui, la beauté n’est plus un critère pour définir la qualité d’une oeuvre d’art. Beaucoup d’œuvres sont disharmonieuses, dérangeantes voire choquantes : leur finalité est ailleurs.

Comment définir l’art ?

L’art est une pratique consciente par laquelle l’homme tend à une certaine fin, à un certain objectif. Le résultat de cet effort est un objet reconnu par tous comme une “oeuvre d’art”, c’est-à-dire un objet sans utilité concrète, mais doté d’une valeur morale ou spirituelle.

L’art est un moyen d’expression. L’oeuvre d’art vise à produire un effet psychologique chez celui qui la regarde.

L’art touche à la sensibilité, à l’intellect, mais aussi à la philosophie et à la spiritualité.

La beauté dans l’art est-elle encore utile ?

Nous l’avons vu, l’artiste contemporain ne vise plus forcément la beauté esthétique. Son but est avant tout d’exprimer ses idées et sa créativité : l’art ne se fixe plus aucune limite à l’exploration.

Ce que l’artiste recherche, c’est la puissance d’évocation, le message, la signification, le sens, et si possible un sens durable. Une oeuvre d’art réussie est souvent une oeuvre d’art qui éclaire le sens de la vie.

Mais en s’écartant de l’impératif de beauté, l’artiste prend le risque de diminuer la force de son message : son oeuvre, malgré son authenticité, risque d’être plus difficile à regarder et à comprendre.

Car la recherche du sens de la vie est indissociable de l’expression de la beauté. En effet, en tant que force active qui organise le chaos, la vie est en quête permanente d’ordre et d’harmonie. Elle véhicule des valeurs à partir desquelles l’artiste doit se positionner, sans quoi il risque de tomber dans le nihilisme.

De la beauté de l’oeuvre à la beauté de l’artiste.

Certes, l’art s’est affranchi de la recherche de la beauté. Mais l’intention de l’artiste doit rester pure et désintéressée. L’art est une quête : cette quête doit être sincère et tournée vers les autres.

Prenons l’exemple de Pierre Soulages, le peintre de l’outre-noir : au cours de sa carrière, ses œuvres sont devenues de plus en plus sombres, puis entièrement noires. Une quête mystique qui l’a conduit à retrouver la lumière dans le noir : c’est l’outre-noir. Le sens n’est-il pas évident ?

beauté et art soulages

Au final, toute oeuvre d’art, même si elle n’est pas esthétiquement belle, doit refléter une certaine forme de beauté : beauté de la démarche, grandeur du message, génie de l’artiste, capacité à ouvrir la conscience, recherche d’un idéal nouveau.

La beauté n’est pas que plaisir ; elle peut, comme la vérité, être troublante, brutale ou triste. Elle peut aussi être sublime.

L’art et la beauté : citations.

La beauté est un mode d’éclosion de la vérité. Heidegger

L’art est beau quand la main, la tête et le coeur travaillent ensemble. John Ruskin

L’oeuvre d’art ne s’obtient que par contrainte et par la soumission du réalisme à l’idée de beauté préconçue. André Gide

Modif. le 20 mai 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :