Press "Enter" to skip to content

Où se trouve la croix de Jésus ?

5/5 (3)

Où se trouve la croix de Jésus ? Qu’est devenue la croix de Jésus après la crucifixion ?

Aucun écrit ne fait état de ce qu’est devenue la croix de Jésus (aussi appelée Sainte Croix ou Vraie Croix) immédiatement après la crucifixion. On sait simplement que Jésus a été descendu de la croix au soir de son supplice, une fois sa mort constatée.

Il semble que les juifs considéraient comme impurs les instruments de mise à mort, ce qui fait qu’ils les manipulaient le moins possible. Ainsi, les objets de la Passion, notamment la Sainte Croix et les clous, auraient pu rester sur les lieux mêmes de la crucifixion, sur la colline du Golgotha, tout près des murs de l’ancienne Jérusalem.

En 326, Hélène, mère de l’empereur Constantin, se rend en pèlerinage à Jérusalem. A cette époque, l’empire romain bascule peu à peu dans le christianisme. Au Golgotha, Hélène fait abattre l’ancien temple de Vénus et ordonne la construction de la basilique du Saint-Sépulcre. Lors des travaux, on découvre sous les dalles de l’ancien temple de Vénus la Vraie Croix (voir notre article : L’Invention de la Vraie Croix par Sainte-Hélène).

Nul ne sait si Hélène a véritablement retrouvé la croix du Christ ou s’il s’agit d’une opération de propagande pour renforcer la ferveur autour de la nouvelle religion de l’empire. Quoi qu’il en soit, la Vraie Croix connaîtra un destin pour le moins mouvementé.

Le destin de la Vraie Croix à compter de sa découverte par Sainte Hélène.

Lire aussi notre article : L’histoire de la Croix de Jésus, et ce qu’elle est devenue.

Suite à sa découverte par Hélène, la Vraie Croix est découpée en plusieurs morceaux. Elle est conservée dans la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem, à l’exception d’un petit morceau qu’elle envoie à son fils à Constantinople et du titulusqu’elle ramène avec elle à Rome.

Durant les siècles qui suivent, la Vraie Croix est progressivement transférée à Constantinople, les empereurs chrétiens d’Orient anticipant la conquête de Jérusalem par les musulmans. Un morceau de la Vraie Croix est cependant laissé au Saint-Sépulcre afin que les pèlerins puissent continuer à l’admirer. Ce dernier morceau disparaîtra en 1187 lors de la défaite des croisés à la bataille de Hattîn : pris par Saladin,il ne sera jamais rendu.

Les autres morceaux de la croix, conservés à Constantinople, seront acquis par le roi de France Saint-Louis en 1238, et conservés pendant des siècles dans la Sainte-Chapelle de Paris. Mais ils disparaîtront sous la Révolution (lire notre article : La Vraie Croix sous la Révolution, histoire d’une disparition). Ils ne seront jamais retrouvés. Seul un petit morceau de 24 cm ressortira quelques années plus tard, aujourd’hui rattaché au trésor de Notre-Dame de Paris.

Voir notre article : Le dernier morceau de la Vraie Croix conservé à Paris.

Où se trouve la croix de Jésus ? Reconstitution en image.

Voici un résumé de ce que sont devenus les principaux fragments de la Vraie Croix :

sort supposé des fragments de la vraie croix

Les reliques de la Vraie Croix aujourd’hui visibles en Europe et dans le monde.

Si on a bel et bien perdu la trace des parties principales de la Vraie Croix, il n’en reste pas moins que de nombreux fragments restent visibles dans certaines églises et cathédrales d’Europe et du monde.

Ces fragments, souvent de petite taille, sont placés dans des reliquaires dont la plupart sont en forme de croix.

Ces fragments proviennent des multiples prélèvements effectués sur la Vraie Croix, en particulier par les empereurs d’Orient et les rois de France. Ces prélèvements et la distribution de micro-fragments étaient un moyen pour les souverains d’affirmer leur pouvoir et de renforcer les alliances : il s’agissait de cadeaux diplomatiques de première importance.

D’autre part, certaines abbayes et monastères tiraient l’essentiel de leur revenus de l’afflux de pèlerins venus pour admirer un bout de croix.

Cependant, certains des fragments aujourd’hui visibles sont des faux. En effet, le commerce des reliques a donné lieu à de nombreuses dérives au cours du Moyen-Age.

Voici quelques lieux où l’on peut aujourd’hui observer des fragments de la Vraie Croix :

  • monastère de Vatopedi du Mont Athos, Grèce,
  • monastère Santo Toribio de Liébana, Espagne,
  • cathédrale des Saints Michel et Gudule, Bruxelles,
  • collégiale Sainte-Croix, Liège,
  • Schatzkammer, Vienne,
  • église Saint-Sernin, Toulouse,
  • village de la Vraie-Croix en Bretagne,
  • morceau conservé par la Confrérie de la Sainte Croix à Bonifacio en Corse,
  • abbaye Sainte-Croix de la Cossonière, à Saint-Benoît près de Poitiers,
  • abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, Hérault,
  • cathédrale Notre-Dame, Reims,
  • la Girouardière, hospice à Baugé,
  • paroisse copte orthodoxe de Sarcelles,
  • musée diocésain de Limburg an der Lahn, Allemagne,
  • Abbaye de Wiblingen, Allemagne,
  • etc.

Voir aussi notre article complet : L’histoire de la croix de Jésus, et ce qu’elle est devenue.

Passionné par la croix ? Lisez Esther Jones et les 7 secrets de la Croix, un roman qui vous entraînera dans l’histoire de la Vraie-Croix, entre aventure, symbolisme et religion. Cliquez ici pour en savoir plus.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :