Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Eros, philia et agapé : les trois sortes d’amour

5/5 (1)

Eros, philia et agapé : les trois sortes d’amour. Comment définir les différents types d’amour ? Explication.

Il n’y pas qu’un seul amour, il y a des amours. Au-delà de l’amour cosmique, qui fait tout est lié, nous nous intéressons ici à l’amour de l’autre. L’autre étant celui qui vogue sur le même navire que moi, partageant ma nature, mes aspirations, mes faiblesses, mes problèmes et mon devenir. Il est celui qui partage mon humanité.

Comment définir cet amour ? Entreprise ô combien délicate et hasardeuse. Pour ne pas nous perdre, il faut se référer à la définition philosophique de l’amour dans ses trois dimensions : éros, philia et agapé. Nous allons le voir, ces trois mots grecs permettent de distinguer trois ressorts différents de l’amour interpersonnel.

Tentons d’aborder les trois sortes d’amour : éros, philia et agapé.

Le premier visage de l’Amour est éros : visage des promesses charnelles et du plaisir sans cesse renouvelé. C’est l’union physique, sexuelle mais aussi spirituelle avec l’être aimé. Elle est vécue comme une expérience unique en dehors de laquelle rien n’existe : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé » (Lamartine).

Il s’agit d’une pulsion de vie vers l’autre, comme le décriraient les psychanalystes. C’est une fusion avec l’autre où l’on assiste en acteur consentant et béat à une dissolution de sa volonté et du contrôle de soi. C’est une passion et non une vertu avec ses corollaires de souffrance et d’irrationalité.

L’autre visage de l’amour est philia : c’est l’amour-amitié impliquant tendresse, générosité, respect et réciprocité. Il est sous-tendu par la volonté du bien de l’autre. Cet autre n’est pas forcément un alter ego mais un égal à égal.

Pourquoi lui et pas quelqu’un d’autre ? « Parce que c’était lui, parce que c’était moi » disait Montaigne parlant de La Boétie.

Enfin, agapé est l’amour du prochain ; le prochain étant tout être humain. Agapé a été célébré par les Grecs mais a trouvé son apogée et son véritable sens dans l’enseignement de Jésus de Nazareth : « Aimez-vous les uns les autres comme votre père vous a aimés » ; « Aime ton prochain comme toi-même ».

Ici, il y a une notion d’égalité entre tous les êtres humains, amis, et même ennemis. En effet, quel mérite à aimer uniquement des êtres qui sont par définition « aimables » ?

Dans agapé, la relation est désintéressée. Il n’y a point là de caractère unique, personnel, comme dans eros et pas de réciprocité comme dans philia.

Voilà donc les trois visages de l’amour succinctement évoqués. Trois médailles avec pour chacune deux faces ; mais nous n’en avons vu qu’une. Quelle est l’autre ?

Eros est défini comme l’élément physique et passionnel de l’amour. Après l’extase des premiers temps, que reste-t-il ? Le physique change ou du moins sa perception… La passion s’étiole. Ne dit-on que l’amour dure trois ans ?

Eros est donc placé sous le signe de l’impermanence. Par ailleurs, qu’aime-t-on dans l’autre ? Est-ce lui ou le plaisir qu’il nous procure ? Est-ce le sujet ou l’objet qu’il représente ? Où se situe la liberté face à la fusion avec l’autre, face à l’aliénation de l’autre ? Est-ce que l’autre nous intéresse en tant qu’être à part entière, ou en tant que partie de nous-même ? Eros, éphémère et égoïste, es-tu l’Amour ?

Philia se veut l’aspect altruiste de l’amour : l’être aimé est aimé pour lui­-même et non pour ce qu’il représente. Mais l’est-il réellement ? Aimer quelqu’un qui nous ressemble est facile mais est-ce l’autre que nous aimons ou la part de l’autre qui nous ressemble ? N’aimons-nous pas plutôt nous-même dans l’autre ?

D’autre part, est-ce l’autre que nous acceptons tel qu’il est ou simplement la relation de jeu que l’on établit avec lui ? L’autre n’est-il pas là pour nous permettre de nous réaliser nous-mêmes ? L’autre est alors perçu comme objet, comme champ d’expérience de nos émotions et de nos comportements…
Philia, altruiste en apparence mais égoïste et éphémère, es-tu l’Amour ?

Agapé est l’amour désintéressé et universel. On aime son prochain sans autre forme de procès. C’est un dépassement de soi tel que l’on se sent capable d’aimer ses ennemis. L’image bien sûr est exaltante !

Mais interrogeons-nous un instant : sommes-nous capable d’aimer notre prochain, n’importe quel autre dans son être ? Sommes-nous capables de l’autoriser à être lui-même et pas ce que nous voudrions qu’il soit ? Sommes-nous capables de dire de quelqu’un : il est comme il est, mais je l’aime ?

En général, on pense : il est comme il est, il vit sa vie, c’est sa liberté, mais on sous-entend « cela ne me concerne pas et ne change pas ma vie ». Mais lorsque l’autre impacte négativement notre vie, alors il devient beaucoup plus difficile d’aimer…

Jacques Lacan disait : « Aimer l’autre c’est lui offrir ce qu’on ne peut pas lui donner et qu’il n’a jamais demandé ». Agapé, Amour inaccessible, existes-tu réellement ?

Voilà donc les deux faces de l’amour : l’une dit oui, l’autre dit non…

L’Homme est condamné à rechercher l’amour, c’est toute la beauté et le drame de sa vie. Sans amour, aucune vie ne semble valoir le coup d’être vécue ; vie dépourvue de sel, de douceur, d’élan, de sublime, de création, de sentiment d’invincibilité et d’éternité, de partage et de dépassement de soi . . .

Entre éros, philia et agapé, la quête d’amour est une constante dans le parcours d’une vie. Mais de quel amour s’agit-il ? L’amour est-il un mythe ? L’amour n’est-il pas un miroir dans lequel chacun voit ses propres projections ?

Chacun de nous possède une prédisposition naturelle à vivre l’une ou l’autre face de l’amour. Mais il nous est donné la liberté de lutter contre la mauvaise face.

L’amour est peut-être un long et interminable apprentissage, sans cesse renouvelé, avec au bout du compte l’œuvre accomplie, le chef­ d’œuvre qu’il nous est permis d’appréhender par intuition ou par foi.

Amour, idéal derrière lequel on court toujours…

Pour aller plus loin :

Couverture les Essentiels de la Spiritualité Adrien Choeur

Qu’est-ce que la spiritualité ? Quel est le but à atteindre ? En quoi consiste la méthode spirituelle ? Quel lien avec la philosophie ?

Ce livre numérique pdf (216 pages) aborde les notions essentielles de la spiritualité à travers 65 textes

Modif. le 5 juillet 2024

Vous pouvez noter cet article !