Press "Enter" to skip to content

L’annonce du messie dans l’Ancien Testament

4.67/5 (3)

L’annonce du messie dans l’Ancien Testament : comment est-elle faite ? Que contient la prophétie d’Esaïe ? Cette prophétie apporte-t-elle la preuve que Jésus est le messie ?

Rappelons d’abord que l’Ancien Testament correspond à la Bible hébraïque (Torah, Nevi’im et Ketouvim), alors que le Nouveau Testament (récit de la vie de Jésus) est par définition purement chrétien. Les deux livres forment la Bible chrétienne.

L’Ancien Testament annonce à plusieurs reprises la venue d’un messie, homme issu de la lignée de David (et de son père Jessé) qui instaurera la paix et le bonheur sur Terre. Le messie n’est pas clairement décrit. Son nom n’est pas précisé mais les textes parlent d’un “germe”, d’un “rameau”, d’un messager ou d’un enfant qui viendra rétablir la justice, accomplissant la volonté de Dieu.

Dans beaucoup de passages, il n’est pas fait allusion au messie mais au résultat de sa venue :

  • il n’y aura plus de guerre ni d’armes (Ezéchiel 39, 9),
  • tous les hommes porteront la loi de Dieu dans leur coeur (Jérémie 31),
  • la terre deviendra abondante et fertile (Esaïe, Ezéchiel…),
  • etc.

L’annonce du messie dans l’Ancien Testament évoque aussi le futur Royaume de Dieu.

Voyons précisément dans quels termes l’Ancien Testament annonce l’arrivée du messie.

Lire aussi notre article : Ancien Testament et Nouveau Testament : différence.

L’annonce du messie dans l’Ancien Testament.

L’Ancien Testament annonce plus ou moins précisément la venue du messie dans de nombreux passages.

Pour les Juifs, le messie est un homme qui apparaît (ou peut apparaître) pour accomplir les prophéties de l’Ancien Testament : triomphe de la Loi sur le mal, reconstruction du Temple de Jérusalem, retour des exilés, paix, etc. Les Juifs rejettent l’idée que Jésus puisse être le messie, pour la simple et bonne raison qu’il est mort sans avoir réalisé la plupart de ce qui était prédit.

Quoi qu’il en soit, voici les principaux passages de l’Ancien Testament qui annoncent le messie.

Dans La Genèse, 49, 10 :

Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, Ni le bâton souverain d’entre ses pieds, Jusqu’à ce que vienne le Schilo (le Pacifique, nom du messie), Et que les peuples lui obéissent.

Dans le Deutéronome, chapitre 18 :

17) L’Eternel me dit : Ce qu’ils ont dit est bien.
18) Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai.
19) Et si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte.

Dans ces trois derniers versets, Dieu parle à Moïse : c’est une révélation messianique majeure.

Dans Jérémie chapitre 23 :

5) Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, Où je susciterai à David un germe juste ; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l’équité dans le pays.
6) En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; Et voici le nom dont on l’appellera : L’Eternel notre justice.

Dans Psaumes, 21, 7-19 :

7) Et moi, je suis un ver, pas un homme, raillé par les gens, rejeté par le peuple.
8) Tous ceux qui me voient me bafouent, ils ricanent et hochent la tête (…)
13) Des fauves nombreux me cernent, des taureaux de Basan m’encerclent.
14) Des lions qui déchirent et rugissent ouvrent leur gueule contre moi. (…)
17) Oui, des chiens me cernent, une bande de vauriens m’entoure. Ils me percent les mains et les pieds ;
18) je peux compter tous mes os. Ces gens me voient, ils me regardent.
19) Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement.

Ces derniers passages font allusion la crucifixion de Jésus. A noter que d’autres allusions précises sont faites dans Psaumes 22 et 69.

Dans Michée, 5, 2 :

Et toi, Bethléem, petite ville entre les milliers de villes de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l’origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l’éternité.

Le prophète Michée annonce la naissance du messie à Bethléem, or c’est bien là que Jésus naîtra.

Zacharie 11, 12 :

Je leur dis : Si vous le trouvez bon, donnez-moi mon salaire ; sinon, ne le donnez pas. Et ils pesèrent pour mon salaire trente sicles d’argent.

Ce dernier passage fait allusion à Judas Iscariot qui livrera Jésus pour 30 pièces d’argent.

Dans Malachie, 3, 1 :

Voici, j’enverrai mon messager ; Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; Et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, Dit l’Eternel des armées.

L’annonce du messie à travers les prophéties d’Esaïe.

Esaïe (ou Isaïe) est un prophète ayant exercé son ministère dans le royaume de Juda auprès de l’entourage royal. Ses prophéties sur l’annonce du messie sont célèbres. Dans le Livre d’Esaïe, le messie est appelé l’Emmanuel (“Dieu parmi nous”).

A noter que dans Esaïe chapitre 11, le messie vient sauver le peuple d’Israël. Mais dans les autres chapitres, le messie vient sauver tous les hommes.

Esaïe, chapitre 7, 14 :

C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (Dieu-avec-nous).

Cette prophétie est particulièrement importante : le messie sera enfanté par une vierge, ce qui rappelle bien sûr Jésus et Marie.

Esaïe, chapitre 9 :

5) Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : “Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix”.

Esaïe, chapitre 11 :

1) Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.
2) Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
3) qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs.
4) Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant. (…)
6) Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. (…)
9) Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.
10) Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

Esaïe, chapitre 35, 4-6 :

4) Dites à ceux qui ont le coeur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera.
5) Alors s’ouvriront les yeux des aveugles, S’ouvriront les oreilles des sourds ;
6) Alors le boiteux sautera comme un cerf, Et la langue du muet éclatera de joie.

Cette prophétie annonce les futurs miracles de Jésus.

Esaïe, 50, 6 :

J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; Je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats.

A l’évidence, cette dernière prophétie évoque la Passion du Christ.

Esaïe, chapitre 53 :

1) Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? Le bras puissant du Seigneur, à qui s’est-il révélé ?
2) Devant lui, le serviteur a poussé comme une plante chétive, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire.
3) Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien.
4) En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié.
5) Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris.
6) Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous.
7) Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche.
8) Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple.
9) On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche.
10) Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira.
11) Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes.
12) C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs.

Ces derniers versets sont sans doute les plus parlants dans l’évocation de Jésus, de sa venue, de son rôle et de sa fin.

De l’annonce du messie à sa résurrection, tout semble en phase avec les événements décrits dans le Nouveau Testament.

Lire aussi notre article : Ancien Testament et Nouveau Testament : différence.

Modif. le 28 juin 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :