Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Pensée analytique et pensée analogique

4.6/5 (10)

Pensée analytique et pensée analogique : quelle différence ? Quelle place pour la logique et l’intuition dans nos réflexions ?

Pensée analytique et analogique sont deux formes de raisonnement qu’on oppose régulièrement.

La pensée analytique consiste à examiner, décortiquer et décomposer les phénomènes, avant de les recomposer pour produire des raisonnements cohérents. Cette forme de pensée repose sur l’utilisation d’idées ou de concepts, sortes de constructions mentales qui séparent la réalité en différents objets. Ce sont ces objets qui sont ensuite comparés ou recombinés afin de bâtir une argumentation logique, dans le but d’expliquer le réel.

A contrario, la pensée analogique introduit un rapport de ressemblance, de similitude ou d’équivalence entre plusieurs choses, éléments ou phénomènes. L’analogie (du grec analogos : « en rapport avec ») consiste donc en une association de choses qui ne se ressemblent pourtant pas. Par exemple, on peut voir une analogie entre la lumière et la conscience. Ou encore entre l’Homme, Dieu et la Nature.

Alors que la pensée analytique sépare, la pensée analogique relie ce qui semble éloigné.

Tentons d’approfondir la différence entre ces deux types de pensée.

Lire aussi notre article sur la différence entre analogie et anagogie.

Pensée analytique et pensée analogique : définition et différences.

La pensée analytique aborde les phénomènes en les décomposant : c’est une approche qui sépare, qui fracture. Au contraire, la pensée analogique relie, jette des ponts, crée des points de correspondance parfois inattendus.

Plus précisément :

  • la pensée analytique est linéaire et causale, alors que la pensée analogique établit des parallèles,
  • la pensée analytique s’appuie sur la logique, alors que la pensée analogique s’appuie sur l’intuition voire l’imagination,
  • la pensée analytique est lente alors que la pensée analogique est rapide,
  • la pensée analytique porte sur le domaine du tangible, alors que l’analogie tente d’aborder le monde de l’invisible voire de l’inconnaissable,
  • la pensée analytique est limitée, alors que la pensée analogique offre des perspectives illimitées,
  • la pensée analytique relève de la science ou de la philosophie, alors que la pensée analogique ouvre sur la spiritualité.

Créative, la pensée analogique suggère de nouvelles connexions, de nouvelles interprétations, de nouveaux chemins de compréhension. Elle met en évidence des correspondances qu’on ne soupçonnait pas. A ce titre, elle a vocation à pénétrer le sens profond des choses.

Analogie, symbolisme et spiritualité.

Certaines traditions spirituelles font de la réflexion analogique l’outil principal de leur quête : c’est le cas de la franc-maçonnerie ou du martinisme.

Ces courants ésotériques ou mystiques ont notamment recours au symbolisme. En effet, en tant qu’objets à interpréter, les symboles offrent un point d’appui pour une nouvelle lecture du monde. Ainsi, le symbolisme constitue un tremplin pour approcher la mécanique cosmique et comprendre les grandes lois universelles.

Au contraire, la pensée analytique est suspectée d’enfermer le cherchant dans la matière. Elle serait en outre la marque de l’ego, notre personnalité ayant tendance à séparer, opposer et juger.

La pensée analogique présente l’avantage de pouvoir relier et réconcilier des réalités qui semblaient opposées, par exemple la matière et l’esprit. Elle insiste sur les correspondances, les complémentarités et les équivalences, ce qui favorise de nouveaux chemins de pensée, au-delà de la dualité.

Ainsi, la réflexion analogique nous permet de dépasser nos limites intellectuelles : nous voyons mieux et plus grand. Elle amène notamment à comprendre certains paradoxes, vus comme des clés d’accès à la connaissance spirituelle.

La complémentarité entre pensée analytique et analogique.

Qu’on ne s’y trompe pas, la pensée analogique a besoin de la pensée analytique : les deux formes de réflexion sont en fait complémentaires.

Il est en effet important que les intuitions soient validées par la logique, ceci pour éviter tout risque d’erreur ou de déconnexion avec le réel.

En réalité, l’analogie elle-même se fonde sur la logique ; elle ne peut se passer d’un raisonnement utilisant des concepts objectifs.

Au final, le raisonnement analogique complète le raisonnement déductif, inductif ou dialectique. Mais par son pouvoir créatif et évocateur, l’analogie révèle le remarquable potentiel de connaissance qui existe en nous, sans que nous en soyons forcément conscients. L’analogie est un formidable accélérateur de conscience.

Modif. le 26 février 2022

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :