Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Instruction au 14ème degré REAA, Grand Elu, Parfait et Sublime Maçon

4.6/5 (5)

Instruction au 14ème degré REAA, Grand Elu, Parfait et Sublime Maçon : voici le texte complet du rituel d’instruction.

Comme celle du 13ème degré, la légende du 14ème degré REAA est issue de la transcription (effectuée par Francken en 1783) des Hauts Grades venus de France qu’Étienne Morin organisa en un Rite de Perfection à Saint-Domingue et à la Jamaïque, dans les années 1760-1770.

Cette légende marque, dans la tradition du REAA, l’achèvement de l’histoire du Temple de Salomon.

Voici donc le texte complet de l’instruction au 14ème degré REAA, Grand Elu, Parfait et Sublime Maçon.

D – Êtes-vous Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon ?
R – J’ai travaillé à me perfectionner.

D – Quel titre portez-vous ?
R – Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon.

D – Qui vous a investi de cette qualité ?
R – Le roi SALOMON et HIRAM roi de Tyr.

D – En quel lieu se réunissent les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons ?
R – Sous la Voûte Sacrée.

D – Pourquoi cette crypte porte-t-elle cette appellation ?
R- Parce qu’elle abrite le Nom Ineffable du Grand Architecte de l’Univers.

D – Que venez-vous chercher ici ?
R – L’Ultime Perfection.

D – Quelle est la légende du grade ?
R – C’est la suite de celle du treizième degré.

SALOMON et HIRAM roi de Tyr, après avoir créé GUIBULUM, JOHABEN et STOLKIN Chevaliers de Royal-Arche, mirent le précieux trésor en sûreté sous le sanctuaire du Temple, dans la crypte creusée par ÉNOCH avant le Déluge. Ils appelèrent cette crypte la Voûte Sacrée parce qu’elle abritait le Nom Ineffable du Grand Architecte de l’Univers.

C’est ce nom que Dieu avait révélé à Moïse lorsqu’il s’était manifesté dans le Buisson Ardent, à proximité duquel la Loge des Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, doit se tenir.

Le Temple étant achevé, SALOMON reçut les plus vertueux des Chevaliers de Royal-Arche et les investit du degré de Perfection. Il leur fit jurer solennellement de vivre en paix, union et concorde entre eux, de pratiquer les devoirs de charité de bienveillance, à l’imitation du Respectable Maître HIRAM, et de faire en sorte qu’à son image, la justice et l’équité soient toujours le fondement de leurs actes.

Il leur fit promettre encore de s’assister mutuellement dans le besoin, de punir sévèrement la trahison, la perfidie et l’injustice. Puis, il les bénit et leur dévoila l’Arche d’Alliance.

SALOMON ordonna ensuite de nombreux sacrifices et admit les postulants à une sainte libation. Il les embrassa et remit à chacun d’eux un anneau d’or en signe de l’Alliance qu’ils avaient contractée avec la Vertu et les hommes vertueux.

Une garde sévère fut mise en place à l’entrée de la Voûte Sacrée afin que seuls les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, puissent être admis lorsqu’ils venaient contempler les mystères du Nom Sacré. Un mot substitué fut utilisé à sa place.

Il était impossible de prendre de plus grandes précautions que celles décidées par le roi SALOMON pour préserver le Grand Nom de toute profanation.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, qui vécurent après lui, continuèrent de les observer car ils étaient animés du même zèle. La charge du secret se transmit ainsi de génération en génération.

Mais SALOMON, si sage, si vertueux, devint sourd à la voix de l’Éternel. Fier de se savoir le plus grand roi de la terre, fier d’avoir bâti un Temple qui faisait l’admiration de l’univers, il oublia la bonté de Dieu et se laissa aller à la licence. Il offrit aux idoles l’encens qui aurait dû être brûlé dans le Temple.

Ces crimes déchirèrent le cœur des Grand Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, qui, pourtant, persévérèrent à guider leurs enfants sur le sentier de la Vertu et selon les règles qui leur avaient été transmises dans la sainte et respectable union qui perdurait entre eux. Ils tentèrent, par leurs conseils et leur exemple, de détourner les hommes de l’impiété et du sacrilège, sans toutefois pouvoir y parvenir.

Devant ces crimes, Dieu inspira à NABUCHODONOSOR, roi de Babylone, d’assiéger JÉRUSALEM et de la détruire. Ce roi plaça le royaume de Juda sous le commandement de son général, NABUSARDAN, qui rasa les murs et la cité et détruisit même les fondations du Temple.

Il emmena les habitants en captivité à Babylone, emportant avec eux toutes les richesses du Temple. Cet événement se produisit quatre cent soixante-dix ans, six mois et dix jours après la dédicace du Temple.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, défendirent la ville avec courage, mais ils ne purent résister à la force des conquérants. Ils ne se préoccupaient guère des richesses du Temple pourvu que la Voûte Sacrée ne fût point pillée. Ils s’exposèrent courageusement à la furie des soldats qui gardaient l’enceinte du Temple et, traversant les ruines, parvinrent à la Voûte Sacrée.

Là, ils cherchèrent avec ardeur jusqu’à ce qu’ils découvrent le triangle d’or scellé sur la pierre d’agate. Ils trouvèrent aussi le corps de GALAAD, fils de SOPHRONIE, le chef des Lévites et l’un des plus influents des Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons.

GALAAD était le gardien de la Voûte Sacrée ; il prenait soin que des lampes restent toujours allumées. Il adorait et contemplait le Nom Ineffable.

Il fut l’égal d’HIRAM ABI qui, quelque quatre cents ans plus tôt, avait perdu la vie pour ne pas dévoiler le secret des Maîtres. GALAAD choisit d’être enseveli sous les ruines du Temple plutôt que de révéler par sa fuite l’existence du précieux trésor qui serait alors tombé aux mains des Barbares.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, en retrouvant le triangle d’or scellé sur la pierre d’agate, s’écrièrent : MAHA IMAHA RABACH (« Dans elle est ce qui est dans la caverne »). Ce mot devint le Grand Mot de passe, le plus important à connaître pour les fidèles gardiens du Trésor sacré.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, se mirent immédiatement au travail ; ils martelèrent le Nom Sacré, le rendant illisible pour ne pas courir le risque de le voir découvert par les impies.

Ils placèrent la plaque d’or dans l’Arche d’Alliance, qui contenait aussi les Tables de la Loi, et brisèrent la pierre d’agate qu’ils ne pouvaient emporter. Ils creusèrent alors un puits de vingt-sept pieds de profondeur et y enfouirent l’Arche et tout ce qu’elle contenait. Puis, ils enlevèrent à GALAAD ses ornements de chef des Lévites et recouvrirent son corps des tables de marbre qui avaient été déposées sous la Voûte Sacrée, celles-là mêmes que GUIBULUM, JOHABEN et STOLKIN avaient découvertes autrefois dans les ruines du Temple d’ÉNOCH.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, satisfaits de leurs précautions, résolurent de ne plus faire confiance qu’à leur propre mémoire pour transmettre à la postérité, dans les formes traditionnelles, le Nom Ineffable.

De cette époque, date l’usage d’épeler lettre par lettre le plus saint Nom des Noms, sans jamais former une syllabe.

Les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, conservèrent dans leur cœur le précieux Trésor, le préservant ainsi de la corruption générale. Ils quittèrent Jérusalem et le royaume de Juda et se dispersèrent parmi les nations de la terre afin de leur enseigner la vérité de l’Art Royal.

D – Où se trouve la Voûte Sacrée ?
R – Dans un lieu souterrain, situé symboliquement à proximité du Buisson Ardent où Dieu révéla à Moïse son Nom Ineffable.

D – Où voyagent les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons ?
R – Ils voyagent par toute la terre.

D – Dans quel but ?
R- Pour y porter la Lumière en faisant connaître la Vérité et enseigner la pure morale de la Franc-Maçonnerie.

D – Quel sentiment anime les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons ?
R – L’amour de la Vertu.

D – Qu’apportent les Grands Élus en Loge ?
R – Leur zèle à servir la Maçonnerie et leur désir de parvenir à la Perfection.

D – Qui les inspire ?
R – Le Grand Architecte de l’Univers.

D – Quelles doivent être les dispositions d’un Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon ?
R- Il doit fermer son cœur à tout sentiment d’iniquité, de vengeance ou d’injustice. Il doit être toujours prêt à faire le Bien.

D – Quel engagement avez-vous contracté lorsque vous avez été fait Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon ?
R – J’ai contracté une alliance avec la Vertu et les hommes vertueux.

D – Qu’est-ce qui vous a attiré sous la Voûte sacrée ?
R – Un éclatant Delta divin.

D – Pour quelle raison les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons, parlent-ils si souvent de ce Delta Divin ?
R – Pour illustrer la puissance du Grand Architecte de l’Univers.

D – Comment devez-vous vous conduire sous la Voûte sacrée ?
R – Avec un profond respect.

D – Combien y a-t-il d’officiers ?
R – Il y a dix officiers :

  1. Le Trois Fois Puissant Grand Maître siège à l’Orient. Il représente SALOMON ;
  2. À côté de lui, à sa droite, un Frère représente HIRAM roi de Tyr ;
  3. Le Garde des Sceaux représente GALAAD, fils de SOPHRONIE, chef des Lévites. Il siège à l’Orient, à gauche du Trois Fois Puissant Grand Maître ;
  4. Le Respectable Frère Premier Grand Surveillant siège à l’Occident, au pied de la colonne du Midi. Il représente ADONHIRAM, fils d’ABDA de la tribu de DAN, Intendant des Bâtiments ;
  5. Le Respectable Frère Second Grand Surveillant siège à l’Occident, au pied de la colonne du Septentrion. Il représente MOHABON, le plus zélé des Maîtres de son temps, ami d’HIRAM ABI ;
  6. Le Grand Trésorier siège en tête de la colonne du Septentrion (à la place de l’Hospitalier). Il représente GUIBULUM, confident de SALOMON ;
  7. Le Grand Secrétaire siège en tête de la colonne du Midi (à la place du Trésorier). Il représente JOHABEN, le plus dévoué des favoris de SALOMON, Secrétaire Intime du Grand Roi et d’HIRAM roi de Tyr ;
  8. Le Grand Orateur siège à l’Orient, du côté du Midi. Il représente ABDON, fils de HILLEL ; il fut pendant dix ans le dixième Juge d’Israël.
  9. Le Grand Maître des Cérémonies siège sur la colonne du Septentrion, près du Grand Trésorier. Il représente STOLKIN, favori de SALOMON ;
  10. Le Capitaine des Gardes siège à l’Occident, près du Respectable Frère Second Grand Surveillant. Il représente ZERBAL, Capitaine des Gardes du roi SALOMON.

D – Quels sont les décors de la Voûte sacrée ?
R – La Loge représente symboliquement une crypte souterraine voûtée. Le Temple est tendu de rouge avec de nombreuses colonnes couleur feu. Au-dessus du Trois Fois Puissant Grand Maître, un transparent triangulaire lumineux, pointe en haut, portant le Tétragramme sacré : « IOD-HE-VAV-HE ». Sa lumière illumine le Temple.

Enfin, dans certains anciens rituels, un symbole repris du cinquième degré, celui de la pierre cubique à pointe, couverte d’inscriptions et de signes, représente la glorification de la science secrète réservée aux initiés par des tableaux synoptiques des sciences, des arts, des lettres, de la philosophie insérés sur les quatre faces du cube, tandis que la lettre « G » inscrite dans une Étoile Flamboyante, projection de la Polaire, décore le sommet tronqué. L’ensemble est le symbole de l’accession à la connaissance de l’Univers (voir image en tête de cet article).

Derrière le siège du Trois Fois Puissant Grand Maître, une toile peinte représente des ruines et, si possible, des colonnes brisées se trouvent sur le sol devant son plateau.

À l’Orient, devant l’Autel sur lequel est placé le Volume de la Loi Sacrée, une petite table, drapée de rouge, représente « l’autel des Sacrifices ».

Le plateau situé au Midi, devant le Grand Secrétaire, représente « l’autel des Parfums ». Sur cet autel : un brûle-parfum, une petite auge d’argent et une truelle d’or. Celui situé au Septentrion, devant le Grand Trésorier représente « la table des Pains de Proposition ». Sur cette table : douze pains de proposition, une coupe contenant du vin rouge pour la libation, un anneau doré pour chacun des récipiendaires. À l’Occident, devant le plateau du Premier Grand Surveillant, une vasque pleine d’eau représente « la Mer d’Airain ».

D – Combien d’étoiles éclairent le Temple ?
R – En plus de l’étoile blanche qui brille sur le plateau du Président, vingt-quatre étoiles rouges éclairent le Temple pour rappeler les degrés de la Maçonnerie symbolique : neuf devant le Trois Fois Puissant Grand Maître, sept devant le Grand Orateur, cinq devant le Premier Grand Surveillant, trois devant le Second Grand Surveillant.

D – Quels sont les décors du Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon ?
R – Un sautoir de velours cramoisi. À gauche, une branche d’ acacia verte. À droite, l’étoile à cinq pointes ; au bas du sautoir est suspendu le bijou. Un tablier blanc, doublé de rouge, bordé de bleu, avec une broderie de fleurs le long de la bordure ; au milieu, est peint ou brodé le bijou. Sur la bavette, une pierre plate et carrée dans laquelle est scellé un anneau.

D – Quel est le bijou ?
R – Un compas ouvert sur un quart de cercle et surmonté d’une couronne. Entre les branches du compas, une médaille représentant d’un côté le soleil, de l’autre l’étoile à cinq pointes, au centre de laquelle est le Delta avec le Tétragramme. Sur le segment du cercle, sont gravés les nombres« 3 », « 5 », « 7 », « 9 ». Ce bijou est d’or.

D – Quelle est la bague du récipiendaire ?
R – C’est un anneau d’or, en forme d’alliance, avec ces mots gravés à l’intérieur « VIRTUS JUNXIT, MORS NON SEPARABIT » (La vertu a uni ce que la mort ne pourra séparer).

D – Quel est le symbole de l’anneau d’or ?
R – C’est le symbole de l’Alliance contractée par le Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon avec la Vertu et les hommes vertueux.

D – Que porte le Trois Fois Puissant Grand Maître ?
R – Outre le sautoir, il porte une chaîne à 77 anneaux (rappelant les 77 mois de la construction du Temple) et le triangle d’or, sur lequel est gravé le Tétragramme Sacré.

D – Quels sont les signes du grade ?
R – Il y a trois signes :

  1. Le signe du serment : porter la main droite sur le côté gauche de l’abdomen, puis la retirer horizontalement vers le côté droit et la laisser retomber le long du corps (comme au troisième degré) ;
  2. Le signe du feu : porter la main gauche ouverte sur la joue droite, la paume en dehors, et soutenir le coude gauche avec la main droite. Cela rappelle le geste fait par Moïse, en présence du Buisson Ardent, pour se protéger les yeux d’une lumière trop intense ;
  3. Le signe d’admiration et de discrétion : lever les deux mains vers le ciel, puis les laisser retomber et porter l’index et le médius de la main droite sur les lèvres.

D – Quel est l’ordre au quatorzième degré ?
R – On se met à l’ordre en exécutant la première partie du premier signe, c’est-à-dire en portant la main droite au côté gauche de l’abdomen.

D – Quels sont les attouchements du grade ?
R – Il y a trois attouchements :

  • l’attouchement qui signifie l’union qui lie les Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons : se prendre réciproquement la main droite. L’un dit BERITH (mot qui rappelle l’alliance qu’ils se sont jurée) et retourne la main. L’autre répond NEDER et retourne à nouveau la main (c’est le rappel de la promesse ou serment qu’ils se sont faits). Le premier fait de même en disant SCHELEMOTH (« perfection »), soulignant ainsi l’objet de leurs travaux.
  • 2ème attouchement : se prendre la main droite par la griffe de Maitre. L’un dit : « Allez-vous plus loin ? » Puis, chacun avance sa main droite sur l’avant-bras et prend le coude de l’autre. En même temps, chacun pose sa main gauche sur l’épaule droite de l’autre, puis on se balance trois fois d’avant en arrière. Cet attouchement montre la précaution que l’on doit prendre lorsqu’il s’agit de reconnaître un Frère comme Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon.
  • 3ème attouchement : se prendre réciproquement le coude gauche de la main droite, puis placer la main gauche derrière l’épaule droite de l’autre, comme pour l’attirer à soi. Cet attouchement signifie la satisfaction que l’on éprouve lorsque l’on rencontre un bon Frère.

D – Combien y a-t-il de mots à ce grade ?
R – Trois mots couverts, trois mots de passe, un grand mot sacré et un grand mot de passe.

D – Quels sont les mots couverts ?
R – 1er mot couvert : GUIBULUM. 2ème mot couvert : ELKHANAN (« Dieu miséricordieux » ou « grâce de Dieu »). 3ème mot couvert : ADONAÏ (« Mes Seigneurs »). Ce mot fut choisi par les Hébreux pour évoquer l’Éternel après que Moïse leur eût défendu de prononcer le nom de Dieu.

D – Quels sont les mots de passe ?
R – 1er mot de passe : SHIBOLETH. 2ème mot de passe : MOHABON. 3ème mot de passe : KELEM-NEKAM (KELEM : geôle, NEKAM : vengeance).

D – Quel est le grand mot sacré ?
R – lEHOVAH (« Je suis celui qui est ou qui suis »).

D – Quel est le grand mot de passe ?
R- MAHA lMAHA RABACH (« Dans elle est ce qui est dans la caverne »).

D – Quelle est la batterie du grade ?
R – Vingt-quatre coups par 3, 5, 7 et 9.

D – Quelle est la marche ?
R – Par neuf pas, huit précipités et le neuvième lent.

D – Quel est l’âge du Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon ?
R – Vingt-sept ans accomplis (le cube de trois).

D – Quelle est l’heure d’ouverture des travaux ?
R – Entre le point du jour et le lever du soleil.

D – Quelle est l’heure de fermeture des travaux ?
R – Les trois étoiles ont paru.

D – Que signifie la communion du Trois Fois Puissant Grand Maître avec les récipiendaires ?
R – Cette communion, en buvant le même vin et en mangeant le même pain, est un prélude à la série des grades capitulaires. Initiatiquement, son enseignement est que l’accomplissement de l’Ancienne Loi, à l’aide de la Connaissance conduit à la Nouvelle Loi, par la voie de la Spiritualité et de l’ Amour.

D – Quel symbolisme se dégage du parcours initiatique du Grand Elu, Parfait et Sublime Maçon ?
R – Le chemin de l’initié au quatorzième degré est jalonné de symboles lui permettant de progresser vers la Connaissance suprême. Il doit être éprouvé par la Mer d’Airain, symbole des résistances qu’il doit surmonter en lui-même. Il faut qu’il élève sa pensée vers le Créateur, ainsi que le signifie la fumée du sacrifice. Il a besoin des pains de proposition pour effectuer son voyage.

D – Pourquoi les anciens rituels nomment-ils ce grade : « Perfection ou Ultime Degré de la Maçonnerie symbolique ? ».
R- Parce qu’il récapitule les degrés symboliques et qu’il achève le récit légendaire du Temple de SALOMON.

Modif. le 6 avril 2024

Vous pouvez noter cet article !