Press "Enter" to skip to content

La Chandeleur : signification symbolique

5/5 (2)

La Chandeleur : signification symbolique de cette fête chrétienne et païenne. Comment interpréter la Chandeleur ? Quel sens profond ?

A l’origine, la Chandeleur est une fête païenne présente dans l’Empire romain, qui consiste à célébrer les progrès de la lumière solaire dans l’attente du printemps. C’est alors une fête paysanne associée à différents dieux symbolisant la fertilité et l’agriculture (Lupercus chez les Romains, Brigit chez les Celtes, etc).

Avec le basculement de l’Empire romain dans le christianisme (IVème siècle après J-C), cette tradition est progressivement associée à la fête de la présentation de Jésus au Temple. C’est la commémoration du moment ou Jésus a été présenté et offert au Temple de Jérusalem par ses parents, conformément à la Loi divine exprimée dans le livre de l’Exode (« Consacre-moi tout premier né parmi les enfants d’Israël… ») :

Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur.
Luc 2, 22

C’est le pape Gélase Ier qui, à la fin du Vème siècle, contribue à faire de la fête de la présentation de Jésus au Temple la « fête des chandelles » (candela signifie « chandelle » en latin), ou Chandeleur.

La Chandeleur a aujourd’hui retrouvé son caractère païen. Elle est fêtée le 2 février, soit 40 jours après Noël. Elle est associée à la fabrication et à la consommation de crêpes.

Entrons plus en détails dans la fête de la Chandeleur et son symbolisme.

Lire aussi nos articles sur le symbolisme de Noël et de l’Epiphanie.

La Chandeleur : signification symbolique.

Dans l’Antiquité, la Chandeleur est intimement liée à la fertilité de la terre : on effectue des processions, on invoque les dieux de la Nature et de la fécondité. On espère une terre pure, un climat propice et une bonne moisson.

Ainsi la Chandeleur se fête dans l’espoir d’une bonne année, favorable et prospère ; elle évoque la bonne fortune. De nos jours et dans certaines familles, il est de coutume de faire sauter la première crêpe en tenant un louis d’or dans la main gauche, en signe de chance. De même, faire sauter correctement une crêpe sans la casser ou la faire tomber constitue un signe favorable.

Les crêpes de la Chandeleur.

Dans l’Antiquité romaine, au moment des semailles d’hiver, les paysans utilisaient la farine excédentaire de l’année passée pour confectionner des galettes ou des gâteaux, en particulier dans le cadre de la fête des Lupercales.

On consommait ainsi les restes de l’année passée, comme pour tourner une page et marquer l’entrée dans un temps nouveau, chargé d’espoir et de promesses.

La tradition des crêpes de la Chandeleur pourrait aussi venir du pape Gélase Ier (véritable créateur de la fête chrétienne des chandelles) qui faisait distribuer des crêpes aux pèlerins visitant Rome.

La fête de la lumière et du soleil.

Tout comme Noël et l’Epiphanie, la Chandeleur célèbre le retour de la lumière. En février, les jours rallongent très vite et le printemps s’annonce. C’est le temps du renouveau.

Les crêpes, avec leur forme ronde et leur couleur dorée symbolisent le cercle solaire, mais aussi la loi des cycles. Le cercle évoque en outre le domaine de l’esprit et du divin ; une interprétation qui est aussi valable pour la galette des rois.

Dès l’Antiquité, la Chandeleur se fête au flambeau, symbole de la lumière qui finit par percer les ténèbres de l’hiver. Dans les églises, des cierges sont allumés et les fidèles les emportent chez eux comme pour perpétuer la lumière christique. Aujourd’hui encore, on allume des bougies dans les maisons le jour de la Chandeleur.

Dans certaines régions d’Europe, la Chandeleur correspondait à l’ancienne fête de l’ours (ou « Chandelours »), donnée en l’honneur de cet animal qui sort de sa sombre tanière au cours du mois de février pour retrouver la lumière et la vie.

Ainsi, la Chandeleur marque l’éloignement des ténèbres. C’est aussi une invitation à élever notre conscience, à traverser les côtés sombres de notre personnalité : c’est la voie de l’éveil spirituel.

La fête du Christ solaire.

Alors que l’Epiphanie (du grec epiphaneia : “manifestation, apparition”) symbolise la manifestation de Dieu aux hommes, la Chandeleur est la présentation de Jésus au Seigneur dans le Temple de Jérusalem. C’est le signe que les hommes ont reconnu le caractère divin de l’Enfant.

La Chandeleur est donc la suite logique de l’Epiphanie. Dans certains pays, celui qui obtient la fève de l’Epiphanie est chargé de préparer la Chandeleur.

Notons que dans le Temple, Syméon reconnaît le Messie et le prend dans ses bras, proclamant qu’il est la « lumière du monde » (Luc 2, 25 et suivants).

De fait, Jésus peut être associé à la lumière solaire : il incarne le feu spirituel qui vient éclairer les consciences. Son arrivée sur Terre ouvre une nouvelle ère, remplie d’espérance.

La Chandeleur et le symbolisme de la purification.

La Chandeleur marque un moment de purification. C’est la terre qui ressort purifiée de l’hiver. C’est l’éclat nouveau du soleil qui purifie le monde, signe d’une renaissance spirituelle.

A noter aussi que la présentation des enfants au Temple était un moyen pour les femmes juives de se purifier du sang versé lors des couches.

La Chandeleur et sa signification symbolique : un point de bascule.

La Chandeleur évoque un passage, un tournant, un moment décisif et déterminant pour l’avenir. Si le moment est propice, la Chandeleur marque la fin de l’hiver. Dans le cas contraire, l’hiver pourrait bien durer encore.

En Amérique du Nord, le Jour de la Marmotte consiste, au moment de la Chandeleur, à observer le terrier d’une marmotte. Si la marmotte se montre et qu’il y a suffisamment de lumière ce jour-là pour qu’elle puisse voir son ombre, l’hiver durera encore six semaines. Dans le cas contraire, le printemps sera en avance…

Une croyance que l’on retrouve dans de nombreux proverbes, par exemple :

  • À la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend vigueur.
  • Rosée à la Chandeleur, l’hiver à sa dernière heure. 

Sur un plan plus personnel, la Chandeleur invite à réussir son virage spirituel : il s’agit de renoncer à soi-même (à son ego, à ses illusions) pour fusionner avec la Lumière divine, selon l’exemple de Jésus-Christ.

La Chandeleur et le symbolisme du chiffre 40.

La Chandeleur se fête 40 jours après Noël. Le chiffre 40 est hautement symbolique ; c’est dans la Bible le chiffre du passage et de la transformation, marqués par l’intervention divine et débouchant sur une nouvelle alliance. C’est le temps de la transition et de la maturation nécessaire à l’ouverture d’une nouvelle ère…

Lire aussi notre article sur le symbolisme du chiffre 40.

Modif. le 16 octobre 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :