Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Je ne sais ni lire, ni écrire (planche maçonnique)

5/5 (2)

Je ne sais ni lire ni écrire : quelle est la signification de cette expression maçonnique ? Qu’est-ce qu’épeler en franc-maçonnerie au REAA ? Comment retrouver la Parole perdue ?

Lors du tuilage, à la demande du Mot Sacré, l’Apprenti répond : « Je ne sais ni lire ni écrire ».

Le dialogue se tient de la façon suivante :

  • (Celui qui reçoit l’attouchement de reconnaissance) Qu’est ceci ?
  • C’est l’attouchement d’Apprenti Franc-Maçon.
  • Que signifie-t-il ?
  • C’est la demande du Mot Sacré.
  • Quel est ce mot ?
  • Je ne sais ni lire, ni écrire : je ne sais qu’épeler. Donnez-moi la première lettre, je vous donnerai la suivante.

Le mot sacré est « Boaz », nom de l’une des deux colonnes situées à l’entrée du Temple de Salomon et qui signifie « Dans la Force » ou « En nous la Force », ce qui renvoie à une sorte de capacité intérieure d’accomplissement.

Le jour de son initiation, l’Apprenti franc-maçon se voit confier des mots, des légendes et des secrets qu’il ne comprend pas. Il arrive cependant à prononcer le mot sacré avec l’aide d’un Frère : ce dialogue fraternel le mettra sur la voie.

A l’évidence, il y a une différence entre connaître le Mot Sacré et comprendre sa signification. Voilà qui nous ramène à notre condition d’Homme, et de cherchant.

A travers cette planche maçonnique, nous allons tenter de comprendre la signification de l’expression « je ne sais ni lire ni écrire ».

Voir aussi notre liste de planches au 1er degré.

Je ne sais ni lire ni écrire : signification.

L’Apprenti dispose du mot sans savoir le lire ; il dispose de la clé sans savoir l’utiliser. Il possède le secret mais ne le comprend pas.

Il ne peut qu’épeler, c’est-à-dire décomposer ; il est incapable de lire et de composer.

Ne pas savoir lire, c’est ne pas connaître (ou avoir oublié) le code qui permet de déchiffrer le message. Chaque lettre semble séparée des autres, sans lien, sans harmonie. L’ensemble donne un mot imprononçable qui n’a aucun sens. C’est le chaos, autrement dit l’état de l’être non éveillé pour lequel tout semble séparé, conflictuel ou inutile.

Le code semble donc avoir été perdu : il était ce pont, ce lien entre les lettres et leur sens, entre la matière et l’esprit. Il permettait d’avoir accès au sens de la vie. Quelque chose s’est brisé, l’évidence a disparu, tout s’est emmêlé.

Pourtant, l’individu porte tous les secrets en lui : il est à la fois matière, vie et Conscience. A chaque instant, il incarne les réponses qu’il cherche.

Chaque parcelle de l’Univers, du microcosme au macrocosme, est un mot du message. Les relations des mots entre eux, des atomes et des molécules, des feuilles avec les fruits et les racines, du sang et des os, de la pesanteur et de la chute, du mangeur et du mangé, des étoiles et des Voies lactées, composent une signification totale que nous ne savons plus déchiffrer, ni dans ses détails, ni dans l’équilibre de ses parties, ni dans la grande et simple évidence de son tout.

La lecture d’un brin d’herbe, d’une poignée de terre, d’une foule, d’un petit chat, des étoiles de l’été, devrait nous introduire très simplement et très profondément dans la Connaissance. L’Univers est un livre qui s’écrit sans cesse en pleine clarté. L’Homme est un mot, une phrase, un chapitre de ce livre, mais il ne sait plus lire ni en lui-même ni dans les autres pages. Par son corps animal, il continue de faire absolument partie du grand fleuve de la création. Il est une goutte dans le courant, traversé par lui et lié à lui dans sa mobilité. Il est dedans, par toutes ses cellules. Mais par la pensée il a cru s’arracher à cette dépendance, explorer le fleuve à sa guise. Il a perdu le sens du courant. Il continue à être emporté, mais il ne sait plus où il va.

Il a inventé de nouvelles écritures qui lui ont fait oublier celle de l’Univers. Il a élaboré des sciences qui lui ont fait perdre le savoir. Toute son attention est appliquée à l’apparence des choses et néglige leur signification. Il est comme un enfant curieux qui suit avec le doigt le contour des lettres, et qui ne sait pas lire. Il s’est mis à faire l’inventaire de ce qui est, et ne sait plus pourquoi cela est.

René Barjavel, La faim du tigre

Recomposer le mot.

Dire « Je ne sais ni lire ni écrire », c’est reconnaître sa propre ignorance. Cela rappelle bien sûr Socrate : Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien.

Cette prise de conscience est importante car c’est le point de départ de la quête. J’abandonne ce que je croyais savoir pour m’ouvrir au sacré, au Mot Sacré, mot qui marque le point d’entrée dans le Temple. La porte commence à se dessiner avec la première colonne ; cette porte permettra d’accéder à une nouvelle réalité.

L’échange à deux voix qui suit permet de recomposer le mot avec les lettres dans le bon ordre. Il rappelle la méthode platonicienne de la maïeutique, qui consiste à révéler ce que l’on portait en soi, par le dialogue avec le Maître, qui joue le rôle de miroir. Voilà le sens de la démarche initiatique.

Seul, il aurait été impossible de deviner le mot. La transmission est essentielle, mais non suffisante : le mot est recomposé mais sa signification n’est pas encore connue. Seul un travail personnel pourra permettre d’aller plus loin : on ne pourra être initié que par soi-même.

Je ne sais ni lire ni écrire : la quête de la Parole perdue.

Le franc-maçon est en quête de la Parole, au sens de Verbe (le logos porteur de la Création) et de Vérité. La Parole, c’est le plan, le sens, la réponse à toutes les questions.

Or la Parole a été perdue. Le sens s’est brouillé. L’évidence a disparu sous le voile des illusions. Le chaos mental a remplacé l’authenticité primordiale, celle du Jardin d’Eden.

Le franc-maçon tente de recomposer le texte et d’en trouver le fil conducteur. Autrement dit, il tente d’appréhender le Principe qui relie toute chose, garantissant la cohérence et l’unité du Tout. Il tente de rassembler ce qui est épars. Il devra pour cela aller à rebours de ses certitudes, renoncer à ce qu’il croyait savoir, bref lâcher prise.

Lire aussi notre article sur la Parole perdue.

Bibliographie :

Modif. le 26 octobre 2022

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :