JePense.org

Soufre, Mercure et Sel en alchimie (6/10)

soufre mercure sel alchimie

Soufre, Mercure et Sel en alchimie : quelle est la signification de ces trois principes de la triade alchimique ? Quels symboles associés ? Quelle correspondance avec le Corps, l’Âme et l’Esprit ?

Cet article fait partie de la série alchimique :

Avant d’aborder le Soufre, le Mercure, le Sel et leur signification respective, rappelons que l’alchimie conçoit la création comme un tout unitaire : c’est ce que traduit le concept d’Un-le-Tout.

Un-le-Tout est formé de deux énergies opposées mais complémentaires :

Sur cette base, les quatre éléments Feu, Air, Eau et Terre peuvent être vus comme les différents états d’Un-le-Tout :

* En alchimie, l’Esprit correspond à ce que nous appelons l’âme, c’est-à-dire le psychisme humain.

Les quatre éléments peuvent être classés du plus épais (la Terre) au plus subtil (le Feu) comme expliqué dans notre article sur les 4 éléments alchimiques.

A présent, il est possible de combiner ces quatre éléments ou états entre eux pour former trois principes dans une perspective plus dynamique :

Les 3 principes Soufre, Mercure et Sel constituent les « trois mondes » ou la « triade alchimique » :

Voici leurs symboles associés :

Entrons dans la signification du Soufre, du Mercure et du Sel en alchimie.

Soufre, Mercure et Sel en alchimie : définitions.

Tout d’abord, précisons que le Soufre, le Mercure et le Sel n’ont rien à voir avec les éléments chimiques du même nom : l’alchimie n’est pas la chimie.

En alchimie, le Soufre, le Mercure et le Sel ne sont pas des états de la matière, mais des influences (positive, négative ou neutre). Ce sont donc des « principes » (on parle parfois de « principes créateurs ») et non des « états ».

Concrètement :

Ainsi, le Soufre et le Mercure s’opposent dans leur influence, tout en étant complémentaires. Ils se combinent pour former la matière première qui contient tout, une matière qui garde sa cohérence grâce au Sel.

La correspondance entre les 4 éléments et les 3 principes Soufre, Mercure et Sel.

Le schéma suivant illustre la correspondance entre les 4 éléments alchimiques et les 3 principes Soufre, Mercure et Sel.

A présent, entrons dans les détails de chacun des trois principes alchimiques Soufre, Mercure et Sel.

Le Soufre : définition alchimique.

L’idéogramme du Soufre est constitué de deux signes superposés :

Définition : le Soufre représente l’influence solaire, expression du feu divin (triangle vers le haut), opérant une action purificatrice sur les quatre éléments (la Croix).

Ainsi, l’état de perfection des métaux sera directement lié à la plus ou moins grande présence ou action du principe Soufre.

Dans les « trois mondes », le Soufre correspond à l’Âme (l’Âme du monde ou l’Âme en l’homme) : principe surnaturel et divin, porteur de la force solaire symbolisée par l’Or. Animée par le feu divin, exprimée par la couleur rouge, l’Âme préside l’oeuvre au rouge, phase terminale de la transmutation du plomb en Or.

Le Mercure.

L’idéogramme du Mercure est constitué de trois signes superposés :

Définition : le Mercure représente l’état des quatre éléments (la Croix) constitutifs de la substance indifférenciée (le cercle) prête à s’activer sous l’influence du principe lunaire (le croissant).

Site ouvert et humaniste, JePense.org vit grâce à vos dons.
Cliquez ici si vous souhaitez faire un don sécurisé :

Le Mercure liquéfie (vers le bas) ou évapore (vers le haut).

Dans les « trois mondes », le Mercure correspond à l’Esprit présent en toutes choses (ce que nous appelons « âme » dans le langage courant). Il représente l’ensemble des forces, puissances et énergies vitales qui parcourent et animent la matière (animation moléculaire, force de gravité, d’attraction, de répulsion, de dissolution, de création, de cohésion, etc…), autrement dit, tout ce qui se trouve entre le corporel et l’immatériel.

L’Esprit est porteur de la force lunaire ou mercurielle. Il préside à l’oeuvre au blanc, phase intermédiaire de la transmutation du plomb en Or où s’obtient l’Argent.

Remarque : en chimie classique, le mercure est un élément liquide. Sa surface est comme un miroir réfléchissant. Son mouvement est rapide, d’où son nom de « vif-argent ». Or, réflexion et vitalité sont bien à l’image des qualités du Mercure.

Le Sel.

L’idéogramme du Sel se compose :

Définition : le Sel représente le pouvoir d’équilibre des forces à l’oeuvre dans la matière première. Le Sel est en même temps neutralisation et synthèse active ; il exprime l’état stable de la matière.

En réalité, le Sel (parfois nommé Arsenic) est moins un principe qu’une conséquence de l’union du Soufre et du Mercure.

Dans les « trois mondes », le Sel correspond au Corps, à la matière, à la Terre.

En tant que force, le Sel peut être vu :

Remarque : en chimie classique, le sel cristallise et arrête la décomposition. Il durcit, fait barrière à l’écoulement. Il est à la fois sec, friable, humide et fondant. Ainsi, on peut dire qu’il épaissit le Mercure (cristallisation) et fluidifie le Soufre. Il est incombustible et imputrescible. Il peut aussi symboliser les éléments minéraux dont les végétaux se nourrissent.

Pour aller plus loin :

Quitter la version mobile