JePense.org

Le Soi spirituel : définition

soi spirituel définition

Qui est Dieu ?

Le Soi spirituel : définition. Que sont le moi, le Soi et le non-soi en spiritualité ? Comment découvrir notre être véritable ?

En spiritualité, le “Soi” (“vrai Soi”, ou “Soi spirituel”…) est une notion centrale qui se distingue du “moi” :

Par conséquent, la spiritualité consiste à aller du “moi” vers le “Soi”. Il s’agit d’un cheminement qui consiste à abandonner toute certitude, tout préjugé, tout attachement, toute ambition.

La plupart des courants religieux et spirituels évoquent, certes de manière différente, ce chemin de dépouillement personnel :

Difficile donc, de savoir ce qu’est vraiment ce Soi spirituel, chaque tradition avançant sa propre définition.

Tentons d’y voir plus clair.

Le Soi spirituel : définition.

Nous l’avons vu, aller du “moi” vers le “Soi” semble être le chemin de l’éveil.

Pourtant, le concept même de “Soi” peut poser problème à celui qui tente de s’élever.

En effet, le “Soi” est dualisant : celui qui affirme l’existence du “vrai Soi” crée le faux moi, de la même manière que celui qui loue la Lumière crée les ténèbres.

Autrement dit, la préférence pour un certain état d’être (qui serait meilleur ou supérieur aux autres) suppose l’existence d’un autre état d’être à combattre, ce qui génère une tension intérieure permanente, incompatible avec la finalité même de la spiritualité, à savoir l’harmonie et la sagesse.

A ce titre, l’approche bouddhique, fondée sur le non-soi, permet d’éviter cet écueil : le non-soi favorise le détachement, l’observation et l’ouverture de la conscience. Cependant, il ne permet pas de réintégrer l’ego comme un phénomène naturel et légitime.

Quant au taoïsme, il se base sur les ténèbres, le vide, le négatif, pour accueillir et comprendre tout élément qui en surgit. Cette approche consiste à réintégrer la dualité dans l’unité ; ainsi, Soi, moi et non-soi sont réunis au-delà de tout jugement, ce qui semble être la voie d’une véritable démarche de sagesse, en l’occurrence une démarche fondée sur la réconciliation intérieure. Dans cette perspective, l’être éveillé est celui qui se satisfait d’être simplement et pleinement lui-même (cf. Tao Te King 8, Tao Te King 21).

L’alchimie spirituelle s’inscrit dans la même logique, en ce sens qu’après la séparation artificielle de l’ego (Oeuvre au noir) et la naissance du Soi (Oeuvre au blanc), une dernière étape vient couronner la démarche : c’est la réconciliation totale avec le corps-matière autant qu’avec le Principe supérieur (l’Oeuvre au rouge).

Ce qui semble dire que la connaissance véritable ne consiste pas à rejeter, à discriminer, mais au contraire à reconnaître et accueillir, même l’ego, même l’illusion, même le mal, même la souffrance, même nos représentations erronées, même les ténèbres. Nous tenons peut-être là le chemin de la Vie véritable, car en réalité, tout est Vrai : tout doit être réintégré.

Nous tenterons donc cette définition du Soi spirituel : Le Soi spirituel est un état de conscience fondé sur l’acceptation lucide de toute perception, phénomène ou action venant de soi ou des autres.

En conclusion, le chemin de l’éveil est celui de la connaissance de Soi, qui est aussi celui de la connaissance du “moi”. Ainsi, l’ego ne doit pas être rejeté mais aimé et réintégré sous le regard clair de la conscience qui s’ouvre.

Quitter la version mobile