JePense.org

La Pierre philosophale en alchimie : définition, symbole

pierre philosophale définition alchimie

La Pierre philosophale en alchimie : définition. Quelles sont les caractéristiques de la Pierre philosophale ? Quelles sont les étapes pour l’obtenir ?

Pour le commun des mortels, l’alchimie est une pseudo-science dont le but est de transformer les métaux vils en or. Selon cette croyance, la Pierre philosophale est le moyen de réaliser cette conversion : mise au contact des métaux « épais », elle est supposée les transmuer en or.

La culture populaire continue de véhiculer cette idée, l’exemple le plus récent étant l’évocation de la pierre philosophale dans Harry Potter. C’est aussi ce que les alchimistes de la Renaissance prétendaient, sans doute pour brouiller les cartes, et cacher le vrai sens de leur « Art ».

Or l’alchimie n’est pas la chimie. Nous parlons dans cet article d’alchimie spirituelle, pratique philosophique et psychologique qui vise à la transformation de l’individu lui-même, le « philosophe alchimiste ».

Dans cette perspective, la Pierre philosophale est le résultat final de ce processus de transformation : c’est l’individu qui s’est transformé, qui s’est refabriqué : la pierre brute qu’il était est devenue « philosophale ».

Ainsi, la vraie définition de la Pierre philosophale s’éloigne de la pierre rouge telle qu’elle existe dans l’imaginaire collectif. La Pierre philosophale n’est pas un outil, ni une pierre précieuse, ni une substance particulière, c’est tout simplement l’alchimiste qui est parvenu à atteindre son but : la Pierre philosophale est lui-même, une fois réalisé le Grand Oeuvre.

Entrons dans la définition et la signification de la Pierre philosophale en alchimie spirituelle.

La Pierre philosophale en alchimie : définition.

Définition : En alchimie spirituelle ou hermétisme, la Pierre philosophale est le signe d’un éveil spirituel complet. Symboliquement, on peut la définir comme l’Or caché dans Saturne (Saturne étant le plomb, la matière épaisse et amalgamée, autrement dit la Terre, le Corps).

Remarque : l’adjectif philosophal signifie « relatif ou conforme à l’alchimie ».

Il faut donc distinguer :

Ainsi, la Pierre philosophale est l’individu en lequel toute chose matérielle a pu être spiritualisée, et toute chose spirituelle a pu être réintégrée au corps.

La Pierre philosophale présente donc les caractéristiques d’une grande stabilité : l’être qui a été régénéré suite au processus alchimique a pu transposer sur un plan supérieur les principes de sa corporéité. Les énergies alchimiques se stabilisent dans une « corporéité spirituelle » : la notion d’équilibre est ici fondamentale.

La Pierre philosophale est parfois appelée la Pierre cachée des Sages. L’adjectif « caché » est intéressant dans la mesure où il suggère que la Pierre existe au départ en tout homme.

Ainsi, chaque homme étant une Pierre vulgaire, cette Pierre ne demande qu’à être transformée (spiritualisée puis pétrifiée à nouveau) pour devenir la « Pierre sacrée » : la conscience pure dans un corps pur.

Les processus alchimiques permettent donc de passer de la Pierre brute à la Pierre philosophale, sans qu’il y ait besoin d’ajouter une quelconque substance. En effet, la transmutation se fait en vase clos, dans l’Athanor, le four alchimique. L’alchimiste s’est transformé lui-même, mais sa « composition » reste la même.

Transformez-vous, pierres mortes, en pierres philosophales vivantes. Theatrum chemicum, Gérard Dorn, 1602.

Précisons que l’objectif de l’alchimie n’est pas de faire disparaître le corps ou la matière, mais de les spiritualiser, comme le suggère la célèbre Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste :

A présent, tentons de décoder le symbole de cette pierre sacrée.

La Pierre philosophale en alchimie : symbole, symbolisme associé.

Le symbole alchimique de la Pierre sacrée est le suivant :

La signification de ce symbole peut être interprété comme suit :

Mais il existe d’autres représentations symboliques de la Pierre sacrée. Celle-ci peut être assimilée :

Les étapes de réalisation de la Pierre sacrée.

La réalisation de la Pierre philosophale passe par les différentes étapes du processus alchimique :

Lire nos articles sur l’Oeuvre au noir, l’Oeuvre au blanc et l’Oeuvre au rouge en alchimie.

Site ouvert et humaniste, JePense.org vit grâce à vos dons.
Cliquez ici si vous souhaitez faire un don sécurisé :

Les caractéristiques et les pouvoirs de la Pierre philosophale.

On l’a compris, la Pierre philosophale se cache en tout être humain, mais seul un petit nombre d’initiés peut y avoir accès.

C’est l’idée que le paradis est potentiellement en chacun de nous, mais que l’homme commun n’a pas la possibilité de le voir : ne connaissant pas les secrets de l’alchimie, il ne pourra jamais se régénérer et se transformer.

Trouver la Pierre philosophale, c’est découvrir l’absolu en soi, c’est posséder la connaissance parfaite, aussi appelée gnose. C’est faire l’effort d’ôter le péché de soi-même et bénéficier de la rédemption. C’est se recentrer après le décentrage provoqué par le péché originel d’Adam et Eve.

Ainsi, l’homme relevé peut réintégrer le jardin d’Eden et retrouver toutes ses qualités.

Par conséquent, la Pierre sacrée donne les qualités et les pouvoir suivants :

La Pierre philosophale en franc-maçonnerie.

En franc-maçonnerie, la Pierre philosophale évoque la formule VITRIOL que le postulant trouve dans le cabinet de réflexion, juste avant son initiation.

VITRIOL est l’acronyme de Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem, c’est-à-dire : Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée.

Cette pierre cachée peut être assimilée à la pierre cubique à pointe, qui se distingue de la pierre brute (l’homme vulgaire) et de la pierre cubique (l’homme équilibré) : c’est donc une pierre en forme de cube (symbole de perfection, en connexion avec le sol) surmontée d’une pyramide (symbole de lien avec l’au-delà).

La Pierre philosophale est enfin l’homme relevé : c’est le nouveau Maître qui renaît sous les traits du respectable Maître Hiram lors de la cérémonie d’exaltation au troisième degré.

Pour aller plus loin :

Quitter la version mobile