JePense.org

L’évangile de Marie-Madeleine : interprétation

évangile de marie-madeleine interprétation

L’évangile de Marie-Madeleine : interprétation et sens caché. Quelle signification et interprétation de ce texte gnostique ?

L’Évangile de Marie-Madeleine est le premier des quatre textes du codex de Berlin : un papyrus contenant des textes chrétiens apocryphes en copte, acquis au Caire en 1896 par les Allemands, et actuellement conservé au Neues Museum de Berlin.

L’Évangile de Marie-Madeleine daterait du IIème siècle après J.-C. et aurait subi plusieurs réécritures au cours de sa transmission.

Voyons comment interpréter cet évangile.

Voir aussi : L’évangile de Marie-Madeleine : texte complet.

Qui était Marie-Madeleine ?

Marie-Madeleine a longtemps été un personnage composite, souvent assimilé à Marie de Béthanie ou la pécheresse anonyme du repas chez Simon.

Pour en savoir plus, voir l’article : Qui était Marie-Madeleine ?

L’évangile de Marie-Madeleine et sa nature.

L’évangile de Marie-Madeleine est un texte gnostique non reconnu par le Vatican. C’est donc un évangile apocryphe, à la différence des quatre évangiles canoniques.

La gnose est un courant qui s’est développé au cours des premiers siècles du christianisme et qui propose une voie de salut par la connaissance de Dieu grâce à une initiation aux mystères célestes révélés par Jésus. La gnose est de nature ésotérique. L’Eglise a assez tôt rejeté la gnose, lui préférant le salut par la foi et une religion ouverte à tous, et non seulement aux initiés.

L’évangile de Marie-Madeleine est typiquement gnostique en ce sens qu’il est pour une part la révélation d’un enseignement caché donné à Marie-Madeleine par Jésus. Cet évangile aborde le mystère de Dieu, de la matière, du Bien et du mal, de l’origine du monde, etc.

Voyons quelle interprétation tirer de l’évangile de Marie-Madeleine.

L’évangile de Marie-Madeleine : interprétation et signification.

L’évangile peut être divisé en deux parties : la première est la révélation de Jésus aux disciples, et la seconde, la révélation de Marie-Madeleine aux disciples, Jésus s’étant retiré.

Voir aussi : L’évangile de Marie-Madeleine : texte complet.

Voici une proposition d’interprétation de l’évangile de Marie-Madeleine, page par page.

Pages 1 à 6 : 

Ces pages sont manquantes. On peut supposer qu’il s’agit d’un enseignement de Jésus à ses disciples rassemblés.

Page 7 :

Enseignement de Jésus à ses disciples rassemblés. La question de la matière et de la nature sont abordées.

Plus loin, Pierre interroge Jésus sur ce qu’est le péché. 

Page 8 : 

Suite de l’enseignement de Jésus à ses disciples rassemblés. Voici notre interprétation.

Puis Jésus demande aux disciples de partir annoncer l’ « Évangile du Royaume ».

Page 9 : 

Site ouvert et humaniste, JePense.org vit grâce à vos dons.
Cliquez ici si vous souhaitez faire un don sécurisé :

Suite et fin de l’enseignement de Jésus à ses disciples rassemblés : « N’imposez aucune règle, hormis celle dont je fus le Témoin. »

Jésus se retire, laissant les disciples désemparés. Marie Madeleine les rassure : « Ne soyez pas dans la peine et le doute, car Sa Grâce vous accompagnera et vous protégera. » 

Page 10 :

Jésus parti, Marie-Madeleine révèle aux disciples de ce que lui a dit Jésus. C’est un enseignement secret.

Les pages 11 à 14 manquent.

Page 15 :

Marie-Madeleine décrit les différents stades de l’ascension de son âme pour accéder à la Vérité divine. Elle décrit une vision intérieure.

Page 16 :

Suite de la vision. L’âme de Marie-Madeleine continue de monter et se présente face à la quatrième Puissance, qui comporte 7 manifestations de la colère :

  1. Ténèbres,
  2. Désir,
  3. Ignorance,
  4. Jalousie mortelle,
  5. Emprise charnelle,
  6. Sagesse ivre,
  7. Sagesse rusée.

Remarque : dans la hiérarchie céleste, les « Puissances » forment le quatrième niveau, entre d’une part les Séraphins, les Chérubins et les Trônes, et d’autre part les Dominations, les Vertus, les Principautés, les Archanges et les Anges.

L’âme déjoue les accusations de la Colère : « Celui qui m’opprimait a été mis a mort ; celui qui m’étreignait n’est plus ; mon désir alors s’est apaisé, et je fus délivrée de mon ignorance. »

Il s’agit d’une libération mentale, d’une marche vers la paix et la sérénité.

Remarque : cette traversée rappelle les 7 sphères de la doctrine alchimique qui permettent l’élévation de l’âme.

Page 17 :

Le récit s’achève par la victoire de l’âme et son accession au repos et au silence : « Je vais au Silence. » Le silence évoque l’apaisement des pensées vaines, le recul de l’orgueil, l’accès à la paix intérieure.

André et Pierre confient alors leurs doutes aux autres disciples :

Page 18 :

Les réactions incrédules de Pierre et d’André provoquent la tristesse de Marie-Madeleine. Puis elle se défend de dire des mensonges.

Levi (Matthieu) prend sa défense : « si le Maître l’a rendue digne, qui es-tu pour la rejeter ? Assurément, le Maître la connaît très bien. Il l’a aimée plus que nous. »  Levi invite ensuite ses compagnons à devenir de véritables « êtres humains ».

Cet évangile témoigne donc d’un conflit à l’intérieur même du groupe. Ce conflit entre Pierre et Marie se retrouve dans d’autres écrits gnostiques. Pierre représente l’orthodoxie et le rejet du rôle des femmes dans l’Eglise. Marie-Madeleine représente un autre courant, gnostique et égalitaire, qui n’a pas été retenu par l’Eglise.

Page 19 : 

Les disciples se mettent enfin en route pour annoncer l’Évangile.

Lire aussi notre article sur Marie-Madeleine et le chiffre 7.

Ouvrages en rapport avec l’évangile de Marie-Madeleine et son interprétation :

Quitter la version mobile